Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voici la suite de la rubrique des anglicismes devenus fréquents ou qui entrent dans le vocabulaire courant. Après « glee » ou « bashing », je vous propose de voir ensemble les mots ou expressions « disruptive technology », « greenwashing » et « hipster.

L’expression « disruptive technology » ou encore « disruptive innovation » souligne une rupture technologique, plus qu’une simple avancée cela représente un saut technologique et créatif. Le mot anglais « disruptive » signifie « perturbant, perturbateur ». En 1997, un professeur de l'université de Harvard propose ce néologisme pour indiquer qu'une innovation ou une technologie « disruptive » peut créer de nouveaux marchés et de nouveaux repères sociétaux mais aussi amener les technologies en cours à s’effacer ou à disparaître. Si la disruption en tant que théorie est apparue dans les années 90, on peut citer des exemples lointains d'innovations disruptives telles que la télévision ou la voiture. Plus récemment, il y a eu l’Iphone ou l’impression 3D et peut-être bientôt l’impression 4D. L'approche "disruptive" ou la disruption, anticonformiste, représente une rupture avec les modèles précédents, conventionnels, et favorise la créativité. La « disruptive technology ou innovation » a pour objectif de proposer de nouveaux produits ou des produits évolués et plus performants à des coûts inférieurs. La disruption crée de nouveaux marchés, de nouveaux usages, de nouvelles habitudes.

http://drschweitzer.files.wordpress.com/2010/11/green-wash-10-10-25-pdf.jpgLe greenwashing est un néologisme anglais issu de deux mots « green » pour « vert » et « whitewash » pour « blanchir à la chaux ou dissimuler ». Le greenwashing est une technique marketing qui permet à des entreprises, institutions ou associations de se doter d’une image écologique. Ce greenwashing oscille entre représentation purement marketing et actions réellement écologiques et citoyennes. . Le greenwashing est utilisé en politique pour dissimuler des faits et redorer la réputation d’un parti ou d’une personnalité. Une entreprise utilise la technique du greenwashing lorsqu’elle passe plus d’argent et de temps à promouvoir une image écologique qu’à transposer et concrétiser son discours dans les faits. La notion de greenwashing est apparue à la fin des années 80 et s’est développée dans les années 2000.

http://theynotlife.com/wp-content/files_mf/1343775995hipster4.jpgQu’est-ce qu’un « hipster » ? Le mot anglais signifie « mec branché ». Le mot « hipster » désigne aussi les pantalons taille basse. Les Hipsters font partie d’un mouvement né dans les années 2000 et prônent un look branché mais décontracté, à la limite négligé. L’apparence se veut bohême, un peu rétro ou vintage et urbaine. Les Hipsters sont jeunes, moins de 35 ans, issus de la classe moyenne ou supérieure et se rapprocheraient des Bobos (Bourgeois bohêmes). Les Hipsters sont attentifs aux tendances émergentes et se présentent comme des pionniers dans le domaine du goût, de l’esthétique et du commerce. Les Hipsters sont sensibles à l’apparence, aux nouvelles technologies mais rejettent la culture populaire et majoritaire. Aux Etats-Unis, les Hipsters se concentrent à New-York, San Francisco et Chicago. En réalité, le mouvement hipster est difficile à cerner car il est mouvant et semble relever davantage d’une mode que d’un réel courant de pensées.

Marie-Laure Tena – 24 mai 2013

Sources : strategique.blogspots.fr – researches-nanoclusters.eu – forbes.com – greenwashingindex.com – courrierinternational.com – urbandictionnary.com - theynotlife.com - webdoc.rfi.fr/cool-tech - tbwa-compact.com/2013/05/la-disruption-en-infographie

Tag(s) : #Disruptive technology, #disruptive innovation, #disruption, #greenwashing, #hipsters, #MLTE, #culture générale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :