Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce soir, France2 diffuse un nouveau feuilleton intitulé « Inquisitio ». Cette histoire évoque l’Inquisition en France. Certains historiens ont déjà fait part de leurs remarques concernant quelques inexactitudes historiques. Il semble que le feuilleton de France2 soit structuré autour de clichés et de personnages schématiques voire simplistes (défaut récurrent dans les fictions françaises) : tous les hommes d’église sont les méchants et les bons sont les autres : païens, sorciers ou scientifiques. Curieuse, j'ai décidé de rédiger un article sur la question. Le mot « inquisition » vient du latin « inquisitio » signifiant « enquête, recherche, information ».

L’Inquisition était une juridiction, une institution catholique, créée au XIIIème siècle afin de lutter contre les hérésies, les croyances déviantes et la sorcellerie. Le nom exact de cette juridiction était « Inquisitio hereticae pravitatis ». Il s’agissait de repérer les faux catholiques, les hérétiques, c’est-à-dire ceux qui professaient des idées contraires à celles de l’Église officielle, et bien sûr les personnes pratiquant des actes de sorcellerie.  Vous pouvez déjà imaginer quels abus purent être commis au nom de la

pureté de la foi, quelles horreurs furent commises à partir de croyances et de superstitions. L’Inquisition fut largement appliquée en Espagne. Un des grands juges de cette institution, un des grands inquisiteurs fut Torquemada, connu pour son fanatisme et ses multiples condamnations à mort. L’Inquisition était une juridiction menant enquête, organisant des procès, commettant des tortures et condamnant à mort les hérétiques ou les soi-disant sorciers (en général des sorcières). Il semble que seuls 2 % des procès en inquisition se terminèrent par une mort sur le bûcher.

Il faut préciser que, jusqu’au XIIème siècle, la foi chrétienne n’était pas imposée et que seules des peines spirituelles pouvaient être infligées. Mais de nombreux courants mystiques apparaissent, fragilisant le pouvoir central de la Chrétienté. Le Pape Grégoire IX, pour lutter contre l’émergence de ces différents mouvements, instaura l’Inquisition, soutenue par les souverains et leurs armées. Les peines furent codifiées : mort sur le bûcher, prison, excommunication. Le premier Inquisiteur fanatique, intégriste dirait-on aujourd’hui, s’appelait Conrad de Marbourg. Il fut assassiné après avoir largement abusé des bûchers et des exactions. Une vingtaine d’années plus tard, la torture fit partie de la panoplie des enquêteurs-inquisiteurs. Les suspects étaient généralement arrêtés, mis au secret sans nourriture et inviter à confesser leurs fautes et celles de leur entourage. Par crainte de la torture, la délation fit alors recette.

L’Inquisition, créée et pilotée par la Papauté, fut une juridiction terrible que beaucoup craignaient. On sait que les Cathares, branche chrétienne hérétique, furent pourchassés par les Inquisiteurs. Au XIVème siècle, l’Inquisition est moins pratiquée mais trouvera un regain d’activité en Espagne qui ne l’abolira qu’au début du XIXème siècle ! Au milieu du XVIème siècle, le Pape Paul III crée la Sacrée Congrégation de l'Inquisition romaine et universelle en remplacement de l’Inquisitio hereticae pravitatis. Au XXème siècle, le Pape Pie X nomme cette institution « Sacrée congrégation du Saint-Office ». En 1967, le Pape Paul VI change cette dénomination en « Congrégation pour la doctrine de la foi ». La Congrégation pour la doctrine de la foi existe toujours. Sa mission reste de protéger la foi, les mœurs, les doctrines conformes à la foi dans le monde catholique. Elle est composée d’une vingtaine de membres, évêques et cardinaux de différents pays, assistés par des érudits, des experts des différents domaines ecclésiastiques. Un de ses dirigeants fut le Pape Benoît XVI. 

Marie-Laure Tena – 4 juillet 2012

Sources : Herodote.net – Encyclopédie – LaCroix.fr -Imagomundi.fr

Tag(s) : #culture générale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :