Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pendant longtemps, le mot « pronostic » a seulement été utilisé dans le monde sportif. Il s’agissait d’établir des pronostics sur les résultats de championnats, de matches, de courses. Le pronostic est alors une prévision, une estimation, un pari sur ce qui va se passer et sur les résultats finaux. Le pronostic est une conjecture, une hypothèse sur les chances qu’a un concurrent, une équipe de gagner ou de perdre.

 

Puis, peu à peu, dans les média, les journalistes ont repris une expression médicale en parlant de « pronostic vital ». Citons le cas très malheureux de ce garçon de 11 ans, en Arles, retrouvé pendu dans un couloir de l’école, et qui est finalement décédé. Les médecins avaient parlé d’un pronostic vital engagé, c’est-à-dire d’une prévision pessimiste concernant sa survie, de la possibilité que le garçon meure. Evoquons aussi cette petite fille de 6 ans qui a eu un accident à Walibi en Isère. Son pronostic vital n’est pas engagé, cela signifie, avec plaisir, que sa vie n’est plus en danger. Les médecins fondent leur estimation, leur pronostic, concernant la maladie ou la convalescence d’un patient sur de nombreux indicateurs médicaux et scientifiques.   Un pronostic vital engagé signifie que les jours de la personne sont comptés, que tout peut arriver, tandis qu'un pronostic vital satisfaisant indique que la personne va s'en sortir.

 

Le mot « pronostic » vient du latin « prognosticus » emprunté au grec « progignôskein » signifiant « connaître d’avance ». Le mot était à rapprocher du domaine de la divination.

 

Marie-Laure Tena – 5 juin 2011

Tag(s) : #actualités

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :