Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lecture-enfants-copie-1.jpgJe relaie ici, avec un certain plaisir, un article paru sur le site de Futura Sciences sur l’impact positif de la lecture, mais aussi du jeu et de l’affection parentale sur les enfants et leur développement cérébral et cognitif. Le mot « cognitif » se réfère à la faculté de connaître, d’apprendre.

Selon une étude américaine portant sur vingt ans et dont les résultats doivent être encore validés par des études et enquêtes ultérieures, il semblerait que plus un enfant est familiarisé tôt, dès l’âge de quatre ans, avec la lecture et les jeux, plus il a de chances d’avoir un cortex cérébral plus fin, certes, mais surtout plus rapide pour effectuer des cortex-copie-1.jpgconnections plus pertinentes. L’environnement, l’affection des parents jouent également leur rôle dans le développement harmonieux de l’enfant. Ce serait alors la revanche, toutes proportions gardées, de l’acquis sur l’inné, autrement dit de l’éducation sur l’hérédité.

Le cortex cérébral, développé chez la race humaine, consiste en une substance grise entourant les deux hémisphères du cerveau. Rappelons-nous, pour les fans d’Agatha Christie, les fameuses petites cellules grises d’Hercule Poirot. Le cortex est le cerveau-enfant-copie-1.jpgsiège, le lieu, des fonctions élaborées telles que les intelligences (intellectuelle, émotionnelle, ...), le mouvement volontaire, la conscience, la sensibilité, etc.

D’après cette étude américaine, les cerveaux des enfants stimulés par la lecture et les jeux seraient ensuite capable de privilégier les connections neuronales et les terminaisons nerveuses ou synapses, les plus rapides et les plus stimulées, donc capable de favoriser une intelligence plus vive.

Pour en savoir plus, cliquer ici.

Marie-Laure Tena – 23 octobre 2012 

Source : Futura-sciences.com

 

Tag(s) : #lecture publique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :