Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Du 23 octobre au 27 janvier 2013, la Bibliothèque Nationale de France, à Paris, propose une exposition de cartes marines. La cartographie est une science dont la vocation est de définir et de comprendre les territoires et les espaces.

portulan.jpgLes cartes marines présentées lors de cette exposition permettent de comprendre l’évolution de géographie et de la représentation du monde selon l’Occident, au fil des siècles. Les cartes marines, créées à partir du XIVème siècle, donnent à voir également les voyages au long cours et le partage du monde entre les nations européennes. C’est aussi l’époque de la découverte du Nouveau monde.

L’exposition est divisée en quatre parties : les portulans, le partage du monde, l’Océan indien et les nouveaux mondes.

marcopolo.jpgAu XIIIème siècle, avant l’apparition de la carte maritime et de la cartographie en tant que science, le portulan est l’outil géographique privilégié des marins. Le portulan était un parchemin sur lequel étaient tracés des repères côtiers, les écueils, les ponts, les passages, les routes de navigation mais ne contenait aucune information sur l’intérieur des terres. Le mot « portulan » vient de l’italien « portolano », dans la mesure où ce sont d’abord les navigateurs italiens, génois ou vénitiens, qui mirent au point ces documents. Le mot « portolano » signifiait « livre ou carte où sont décrits les côtes ou les ports ». Le mot dérivait de « pilote de navire ».

L’élaboration des portulans bénéficie de l’apparition de la boussole . Au siècle suivant, les portulans se précisent et illustrent également les pouvoirs politiques locaux ainsi que les possibilités d’échanges commerciaux. La recherche des trésors et des navig-neerlandais.jpgressources d’un Orient opulent poussent les nations européennes à envoyer sur les mers et les océans des navigateurs intrépides et déterminés. Au XVIème siècle, le Pape partage le monde à découvrir entre les Portugais et les Espagnols. A partir du XVIème siècle, on voit apparaître les navigateurs néerlandais en partance pour les Indes, les Anglais vers le Grand-Nord et les Français en Afrique et vers l’Amérique.

L’Océan indien (Mare indicum) sera l’objet de nombreuses convoitises dont celles des Arabes et des Asiatiques, bien avant celles des Européens. La cartographie de l’Océan indien est d’abord élaborée par des savants grecs ou arabes.  

Enfin, les portulans ou cartes de navigation peu à peu s’enrichissent de précisions voire de détails plus pittoresques dépeignant les populations locales, leurs coutumes, la faune et la flore exotique qui ravira les yeux européens. Grâce à ces documents géographiques et carte ocean indiencartographiques ou encore anthropologiques avant l’heure, les nations européennes découvrent d’autres civilisations, d’autres repères religieux ou culturels.

Ces documents cartographiques sont des illustrations précieuses et d’une calligraphie minutieuse. Il est fascinant de découvrir au fil des documents l’évolution de la représentation du monde et de songer un instant que ces documents, portulans ou cartes de navigation, ont permis aux grands voyageurs de parcourir la planète et de traverser les océans.

En France, la cartographie du territoire sera tracée au XVIIIème siècle. C’est en 1808 sous l’égide de Napoléon que la carte d’Etat-major verra le jour.

Je vous invite à aller sur le site de la Bibliothèque Nationale de France pour admirer la totalité des cartes et portulans ainsi que pour comprendre, grâce aux commentaires, l’évolution de la cartographie et des influences sur les différentes parties du monde.

Marie-Laure Tena – 25 octobre 2012

 

Sources : site de la BnF – techno-sciences.net

 

 

 

Tag(s) : #culture générale
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :