Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

trombi.jpgEtes-vous adhérent du trombinoscope américain et mondial qu’est Facebook ? Il est possible que ma question vous incite à hausser un sourcil : quoi, un trombi... quoi ?

Un trombinoscope est un document sur lequel on fait apparaître le visage de toutes les personnes d’un service, d’une organisation, d’une association. Le mot « trombinoscope » vient de deux mots : « trombine », mot familier et argotique pour désigner le visage, la tête, et « scope » pour parler de l’outil ou du support (photo, cadre, album, etc.) permettant de voir et d’examiner la tête des uns et des autres.

A ses débuts en 2003, Facebook, co-créé par Mark Zuckerberg, est destiné à favoriser les liens entre les étudiants et les anciens de la prestigieuse université américaine de Harvard. A 17 ans, Mark Zuckerberg avait déjà frappé le monde de l’informatique en inventant un logiciel que Microsoft souhaita ensuite lui racheter. Mark Zuckerberg est ce qu’on appelle un « geek », autrement geek-gang.jpgdit un accro de l’informatique qui vit en général pour et par l’informatique et qui peut être mal à l’aise dans les relations sociales, en particulier avec le sexe opposé. Le geek, c’est aussi un tocard, un ringard, un intello, du moins tels que les gens les voyaient jusqu’en dans les années 80 où Bill Gates gates.jpgfit son apparition. En effet, le premier geek connu mondialement a été Bill Gates, le fondateur de Microsoft. Finalement, les geeks sont devenus à la mode et les coqueluches des soirées branchées, surtout quand on s'est rendu compte qu'ils pouvaient devenir milliardaires grâce à leur intelligence...

Les objectifs initiaux de Facebook, définis par Mark Zuckerberg et ses acolytes, étaient de créer un site communautaire, un réseau en somme, afin de se faire des amis par affinités et de pouvoir draguer à grande échelle... L’histoire dit que Zuckerberg lâcha ensuite les deux amis, des jumeaux, pour exploiter l’idée tout seul.

Aujourd’hui, Facebook, qui à la base était un annuaire informatisé et interactif, est devenu un réseau mondial où les particuliers, les entreprises, les associations, les vieux, les jeunes, les femmes, les hommes, s’inscrivent pour échanger avec d’autres sur leurs loisirs, leurs envies, pour partager leurs passions, des photos ou des vidéos, pour recevoir de la publicité, pourquoi pour être recruté, pour rencontrer un ou une partenaire, jouer à des jeux virtuels, ... Bref, Facebook est un trombinoscope réussi et diversifié. Actuellement, il y a plus de 900 millions d’abonnés dans le monde, même si le nombre d’abonnés baisse en Amérique du Nord et en Europe, il augmente par ailleurs.

Le 18 mai 2012, Facebook est entré en bourse, à raison de 38 $ l’action. Au cours de la journée, l’action avait déjà pris 13 % puis rebaissé. Il semble que plus de 82 millions d’actions se soient échangées dans le monde aujourd’hui.

zuckerbergLa valorisation boursière de Facebook me laisse perplexe mais on explique autour de moi que c’est la potentialité d’avoir des clients et des prospects qui fait sa richesse. En effet, chacun notant sur son mur qui il est, où il est, ce qu’il fait, ce qu’il aime ou n’aime pas, il devient facile de le ou la cibler pour lui vendre des produits ou des services. Quelle aubaine, alors, pour les marchés !

J’ai tendance à penser que c’est beaucoup de vent pour rien. Une bulle de plus ? L’avenir nous le dira. Il est certain que Facebook comble de nombreux besoins mais a rendu les relations distanciées et galvaudées. Le mot « ami » est un mot auquel je tiens. Un ami ou une amie est une personne intime, de son cercle intime, à qui l’on peut se confier, se fier, à qui on peut demander des services et à qui on peut en rendre. Pour le reste, ce sont plutôt des relations professionnelles, communautaires, ou personnelles aléatoires. Allez, ne boudons pas notre plaisir, Facebook a l’air bien sympathique avec ses échanges rigolards ou au contraire riches de sens, ses retrouvailles familiales internationales, ses occasions, pour tout un chacun, de montrer enfin toute l’étendue de ses centres d’intérêts ! Facebook, pure player, est un relais relationnel, un outil de partage d'idées et de ressources. Cela peut être aussi un formidable outil démocratique comme cela a été le cas pour certaines révolutions au Maghreb ou au Machrek. A titre personnel, cela me permet au moins d'avoir des nouvelles de mes neveux de Paris qui préfèrent aller sur Facebook que d'envoyer un mail ou que de téléphoner. A chaque époque, sa façon privilégiée de communiquer à distance.

 

Marie-Laure Tena – 18 mai 2012

   

Sources : Actualité iTV.fr – LeParisien.fr – Lesechos.fr

Tag(s) : #humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :