Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je me lance dans un exercice périlleux sur la Palestine. Comment résumer l’histoire millénaire de cette région du Moyen-Orient et sa complexité géopolitique et religieuse ?  Je sais d’ores et déjà que je n’y arriverais pas en quelques lignes. Je vous propose alors, en toute modestie, de donner quelques repères et de resituer le conflit lié à la création ou non d’un Etat palestinien.

palestine-antiquite-2.jpgDans l’Antiquité, la Palestine était déjà connue comme étant une région s’étendant du sud de la Syrie et de la Phénicie (qui deviendra le Liban) jusqu’à la Judée. On retrouve le peuple de Palestine dans la Bible, l’Ancien Testament pour les Chrétiens, sous le nom de Philistins. Le mot « philistin » est issu de l’hébreu « pelischtim ». Rappelez-vous : David, un jeune hébreu, défie Goliath en combat singulier. Goliath était le champion invaincu des Philistins. David, berger de son état à l’époque mais qui deviendra le grand roi d’Israël et qui fera de Jérusalem la capitale de son royaume, fait tourner son lance-pierre et abat le géant d’une pierre entre les deux yeux. Comme vous le constatez, dans l’Antiquité, les deux peuples étaient déjà en guerre et se disputaient les territoires. Pour les deux peuples, cette terre est david-et-goliath.jpgsacrée, depuis des millénaires.

Beaucoup plus récemment, à la fin du XIXème et dans la première partie du XXème siècle, de nombreux Juifs, fuyant les persécutions de leur pays (pogroms, déportations, harcèlements, etc.) s’exilent vers la Palestine, leur Terre promise, la terre de leurs ancêtres depuis au moins Moïse. La cohabitation entre Arabes qui habitent cette partie du Moyen-Orient et les Juifs se passe avec plus ou moins de bonheur. En Europe, un mouvement sioniste, lancé entre autres par Théodore Herzl, prône la création d’un Etat d’Israël en Palestine par le rachat de terres. Des rabbins proposent également d’anticiper la venue du Messie juif et de retourner en Israël, tandis que d’autres rabbins considèrent que seul Dieu peut décider de la date du retour en Terre promise. D’autres encore pensaient à l’Amérique du Sud pour établir un Etat d’Israël. Bref, différents courants de pensée fluctuent, se croisent et se déchirent autour du retour en terre d’Israël. Finalement, la Shoah, l’extermination systématique et quasi industrielle des Juifs par le régime nazi lors de la Seconde guerre mondiale, précipite les choses et de nombreux rescapés ainsi que de Juifs de l’Est (Russie, Pologne, etc.) viendront s’installer en Palestine afin de créer un Etat juif où ils seraient en sécurité et où ils pourraient vivre leur religion et leurs pratiques en toute tranquillité.

Je dois ajouter que, lors de la première guerre mondiale, la zone du Moyen-Orient était largement contrôlée par la Grande-Bretagne (pensons à Lawrence d’Arabie) et que les diplomates britanniques avaient conclu des accords territoriaux ou de zones d’influence avec certains dirigeants arabes ou avec d’autres nations occidentales. La promesse d’un Etat juif avait alors été faite.

En 1947, l’ONU décide la création de deux états, un israélien et l’autre palestinien. Les Palestiniens refuseront le plan de l’ONU tandis que les Juifs accepteront la proposition onusienne. En 1948, l’Etat d’Israël est créé et reconnu par l’ONU mais pas par tous les pays arabes. La plupart, même, refusent de considérer que l’Etat d’Israël puisse exister. Il y aura plusieurs guerres, la guerre des six jours, la guerre du Kippour, entre Israël et ses voisins. Les Palestiniens qui n’ont pas officiellement une terre et encore moins un Etat qui les représente, se voient balloter de terre en terre et de pays en pays. Mais la solidarité arabe ne joue pas complètement et les Palestiniens se retrouvent alors coincés entre Israël qui leur refuse des territoires et ses voisins arabes. Les tensions entre Israël et les pays arabes dominent l’actualité du monde pendant plusieurs décennies, tandis que les représentants successifs des autorités israéliennes et palestiniennes font ou défont les tentatives de négociations pour aboutir à une paix durable et à l’existence de deux états : Israël et la Palestine.

Les Palestiniens seront longtemps représentés par Yasser Arafat considéré pendisrael-et-palestine.jpgant des décennies comme un terroriste, qu’il devait sans doute être au début de son parcours. Puis une organisation politique émerge, l’Autorité palestienne, et le Fatah, dont Yasser Arafat était à la tête, prend le pouvoir tout en subissant les attaques du Hamas, mouvement radical et islamiste, sans compter l’influence du Hezbollah, mouvement libanais et radical également, qui refuse de reconnaître l’Etat d’Israël.

Israël va durcir sa position en favorisant la colonisation des territoires initialement palestiniens par des colons juifs radicaux et en faisant construire un mur, dit mur de la honte, pour empêcher le peuple palestinien de circuler librement. En 2008, Israël lance l’opération « Plomb durci » pour bombarder les bureaux du Hamas à Gaza. Les Etats-Unis ont toujours été les alliés d’Israël mais dernièrement ont refusé de cautionner et de soutenir certaines politiques radicales. En revanche, les Etats-Unis semblent réticents à la demande faite par le Président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, d’obtenir l'adhésion d’un Etat palestinien à l'ONU entraînant ainsi sa création, en se fondant sur les frontières de 1967, ce que refuse le gouvernement israélien. Les Etats-Unis considèrent que le moment n’est pas approprié et que des questions restent en suspens (un Etat sur quel territoire, quelle autorité avec quelle organisation (Hamas, Fatah, Hezbollah), quelles frontières, quel statut pour Jérusalem qui n’est toujours pas considérée par la communauté internationale comme la capitale israélienne, comment obtenir la reconnaissance bien tardive de l’Etat d’Israël par l’ensemble des pays et organisations arabes ??), enfin d'autres pays dont la France, en la voix de Nicolas Sarkozy, proposent un statut d’Etat observateur à la Palestine, statut intermédiaire qui serait un pas vers un Etat définitif.

J’insiste pour dire que je résume une situation plus complexe et plus intense. J’espère vous avoir donné quelques éléments pour comprendre pourquoi Mahmoud Abbas, Président de l’Autorité Palestinienne, est allé à New-York, devant l’assemblée générale de l’ONU, pour demander à la communauté internationale d’appuyer la demande du peuple palestinien d’avoir son propre Etat.

Marie-Laure Tena – 24 septembre 2011

Sources : dossiers personnels – presse écrite et télévisée –Imago mundi – herodote.net

Tag(s) : #actualités

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :