Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

abou zeidAbou Zeid, chef d’une des principales cellules d’AQMI (katiba, cellule de djihadistes) aurait été tué par l’Armée française au Mali, lors de l’opération Serval. Abou Zeid est impliqué dans l’enlèvement et le meurtre d’otages dont celui du Français Michel Germaneau. L’information du décès d’Abou Zeid aurait été confirmé par le mouvement du MNLA, le Mouvement National de Libération de l’Azawad (vaste région au nord du Mali).

Abou Zeid, dont l’âge incertain se situe entre 40 et 60 ans, et dont l’identité a toujours été floue, pourrait s’appeler en réalité Abid Hammadou, né à Toggourt en Algérie ou bien Mohamed Gedir né à Debded non loin de la frontière avec la Lybie.

Abou Zeid est réputé être un homme sans pitié, sanguinaire, déterminé et spécialiste des enlèvements mais aussi de trafics de drogues, de cigarettes et d’êtres humains. Abou Zeid a tout d’abord fait de la prison pour contrebande avant de rejoindre à la fin des années 90 des mouvements islamistes radicaux et intégristes. Abou Zeid a pratiqué l’enlèvements d’Occidentaux en Tunisie, au Mali et au Niger. On dit qu’Abou Zeid et ses hommes contrôlaient le nord Mali et Tombouctou avant l’arrivée des armées française et malienne.

Abou Zeid s’engage dans le FIS, le Front Islamique du Salut, en Algérie à l’époque de la guerre civile logos-islamistes.pngqui déchire le pays, dans les années 90. Abou Zeid rejoint ensuite le GIA, le Groupe Islamique Armé avant d’intégrer le GSPC, le Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat. Le GSPC deviendra par la suite AQMI, Al Qaïda pour le Maghreb Islamique. Prêchant un retour à un Islam purifié des influences occidentales, Abou Zeid continue de mener différents trafics dans l’objectif de se créer un trésor de guerre. Abou Zeid devient ensuite un leader d’AQMI, sans doute au début des années 2000, grâce à la mort d’un de ses rivaux à l’intérieur de la structure qui lui permet de monter les échelons et de prendre le contrôle du Nord-Mali. Le printemps arabe qui révolutionne la Lybie et la Tunisie incite Abou Zeid à envoyer certains de ses hommes sur place, tandis que la situation politique malienne l’encourage à investir une partie du pays. Par ailleurs, des experts du terrorisme islamique pensent qu’Abou Zeid avait des contacts directs avec le chef actuel d’Al Qaïda, Al Zawahiri ainsi qu’avec le leader touareg d’Ansar Dine, Iyad Ag Ghali. Ils considèrent également que la perte d’Abou Zeid, si elle est avérée, est comparable à celle de Ben Laden pour Al Qaïda.

A ce jour, la katiba d'Abou Zeid détient toujours quatre otages français.

Marie-Laure Tena– 1er mars 2013

Sources : Afrik.com – JeuneAfrique.com – Franceinfo.fr - Defense.blogs.lavoixdunord.fr

Tag(s) : #AQMI, #abou zeid, #mali

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :