Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Depuis la saga du Seigneur des Anneaux de Tolkien où l’on trouve des trolls, des orques et des elfes, sans compter les hobbits, et celle de Harry Potter où un phœnix, un basilic et une araignée géante nous font frissonner, il y a un regain d’intérêt pour les animaux légendaires, les êtres mythologiques, les monstres de notre enfance. Je pourrais citer « Le monde de Narnia » et bien entendu « Les Animaux Fantastiques ».

Lors d’une vente organisée par la bibliothèque municipale de notre village en partenariat avec une librairie indépendante de la région, j’ai non seulement acquis deux ou trois romans mais aussi un grand livre aux belles illustrations de créatures imaginaires. Soixante êtres, animaux ou personnages, font l’objet chacun d’une page proposant un descriptif, une anecdote et un superbe dessin. C’est « Le livre extraordinaire des créatures fantastiques, magistralement illustré par Val Walerczuk ».

La sirène, la fée, le dragon, le djinn, le centaure ou le Minotaure ainsi que la licorne font partie de ce bestiaire. Cette dernière semble avoir plusieurs formes ou couleurs et on rapporte que Marco Polo* en en ayant vue une déclara que la licorne était laide. D’après sa description, il s’agissait en fait d’un rhinocéros. Le vampire, le troll, la chimère ou le griffon, que j’ai évoqué dans un autre article, font partie de la liste. J’aimerais m’attarder sur les trois créatures légendaires ou mythiques que sont l’oiseau-tonnerre, le Léviathan et le basilic.

Les légendes amérindiennes évoquent l’oiseau-tonnerre (Thunderbird en anglais), un aigle doté de cornes et de dents, dont le bruit des ailes ferait penser au tonnerre et dont le piquer vers ses proies terrifierait chacun. Le haut des totems amérindiens représente fréquemment l’oiseau-tonnerre comme le montre cette photo. Les

sioux des Lakotas décrivent même quatre types d’oiseaux-tonnerre, un par couleur : noir, rouge, jaune et blanc, qui arriveraient avec le printemps tandis que les Ojibwés du Canada les situent en été. L’oiseau-tonnerre protège des mauvais esprits, des tempêtes et des serpents. L’oiseau-tonnerre a été aperçu par de nombreuses personnes au fil des siècles, c’est pourquoi son existence, si elle n’est pas prouvée, n’est pas démentie. Cette créature serait étudiée par la cryptozoologie, la science des animaux cachés ou que l’on n’a pas encore découverts (comme le Yéti).

Le Léviathan est un monstre biblique de l’Ancien Testament ou Bible hébraïque, cité dans le livre de Job, celui d'Esaïe et dans le livre des Psaumes. Le mot à l’origine signifie « baleine ». Pourtant, la légende dit que le Léviathan est semblable à un serpent aux écailles coupantes, doté de plusieurs têtes aux yeux éclatants. Ce serait une bête du désordre, du chaos que Dieu retira de la mer pour le tuer et le donner à manger dans le désert. En anglais, le Léviathan peut désigner une institution ou un pouvoir. Ainsi, au XVIIème siècle, le philosophe britannique Hobbes utilisa le terme de « Léviathan » pour décrire un pouvoir absolu, despotique mais seul capable, selon lui, de sauvegarder la civilisation. Dans les années 1990, l’écrivain américain Paul Auster a écrit « Léviathan » relatant l’histoire d’un ami tué accidentellement par sa propre bombe. Je vous renvoie au roman pour en découvrir toute l’histoire.

Le basilic, dans un des volets de la saga Harry Potter, est un serpent géant, affilié bien sûr à la Maison Serpentard, et ennemi du jeune héros. Dans l’Antiquité grecque et au Moyen-âge, le basilic était décrit comme un serpent à la tête de coq, avec des pattes et dont l’haleine était fatale. Selon le naturaliste romain, Pline l’Ancien, qui vécut au tout début de notre ère, le basilic pouvait tuer un être humain en le regardant dans les yeux. On retrouve ici une correspondance avec la Gorgone ou Méduse qui tuait ses victimes en les statufiant dès lors qu’on regardait son visage. Dans notre monde réel, le basilic est une plante aromatique dont on sert entre autres pour le pesto...

On pourrait ajouter à l’ouvrage les orques, le sorcier et la sorcière, Pégase le cheval volant, le chupacabra qui, d’après son nom, suce le sang des chèvres, le golem, dont le nom est cité par le psaume 139 de l’Ancien Testament, créature à l’apparence quasi humaine, créée à partir d’argile grâce à des symboles et incantations cabalistiques dans la culture juive ashkénaze (Europe de l’est) pour accomplir un projet souvent funeste ou au contraire protecteur, ainsi que, et pourquoi pas, la fameuse bête du Gévaudan** qui défraya la chronique en France au milieu du XVIIIème siècle et à qui on attribua entre 80 et plus de 120 attaques souvent mortelles d’êtres humains, au point que des troupes royales furent détachées dans la région pour aller l’abattre. C’était peut-être un gros loup, personne n’en est sûr à ce jour. Pour en savoir plus, je vous invite à aller sur le site de l’histoire de la Bête du Gévaudan en cliquant ici.

Marie-Laure Tena – 8 novembre 2018

 

* Marco Polo : aventurier et commerçant vénitien du XIIIème et début du XIVème siècle qui aurait vécu, selon ses récits regroupés dans « Le Livre des Merveilles », seize années à la cour impériale chinoise.

** Gévaudan : région du Languedoc

Tag(s) : #CréaturesLégendaires, #AnimauxMythologiques, #Légendes, #Mythes, #Fantastique, #Griffon, #Basilic, #OiseauTonnerre, #Léviathan, #culture générale
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :