Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La jalousie est une émotion ambivalente, comme un feu intérieur mêlant possessivité, envie, inquiétude et amertume. Ambivalente car certaines et certains considèrent la jalousie comme un signe d’amour exclusif ; d’autres s’irritent de cette émotion destructrice. La jalousie, c’est la peur de perdre l’autre, la peur de l’infidélité. C’est aussi l’envie dévorante d’avoir ce que l’autre a ou est, car, pour certains,  l’herbe est toujours plus verte ailleurs. La jalousie et le dépit alimentent les insatisfactions, les rancœurs et les rivalités. C'est un signe d’insécurité et d'anxiété qui à force de soupçons avérés ou erronés peut développer une paranoïa.

Se cacher, rester en arrière et pourtant voir discrètement ce qui se passe est permis par la jalousie, un treillis en bois ou en métal derrière lequel on se positionne pour voir ou épier sans être vu, comme avec un moucharabieh ou des persiennes. Sans doute, les jaloux utilisent-ils la jalousie pour épier la cible de leur

jalousie possessive.

J’ai découvert ce deuxième sens il y a longtemps en lisant le roman « Jalousie » d’Alain Robbe-Grillet, auteur issu du mouvement littéraire du « nouveau roman », s’opposant au roman traditionnel, évitant l’omniscience de l’écrivain pour ses personnages, la linéarité des faits chronologiques ou la figure même du héros ou de l’héroïne. Dans le roman « Jalousie », Alain Robbe-Grillet évoque aussi bien l’émotion qu'est la jalousie que le regard en retrait d’un des trois protagonistes porté sur la vie des personnages, comme au travers d’une jalousie.

Marie-Laure Tena – 23 août 2018

 

Photo de la jalousie véranda : glasscopia.com

 

Tag(s) : #jalousie, #envie, #treillis, #culture générale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :