Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’appropriation culturelle est un concept créé dans les années 90. Pour cet article, je m’appuie sur ce qu’en dit le sociologue français Eric Fassin dans LeMonde.fr du 24 août dernier (cliquer sur le lien pour lire l’article).

Pour ce dernier, l’appropriation culturelle est un emprunt à une culture dans une logique de domination et d’exploitation. Ainsi, les collections d’objets d’art et archéologiques dans les musées occidentaux pillés lors des campagnes coloniales sont du ressort de l’appropriation culturelle. Cela peut se comprendre. Mais le concept de l’appropriation culturelle va plus loin. Lorsqu’une personnalité occidentale utilise un élément d’une culture colonisée dans le passé pour se valoriser, faire du marketing ou en retirer des bénéfices financiers, c’est une appropriation culturelle, et je dirais sociale et politique.

Dernièrement, Madonna, vêtue d’un costume de princesse kabyle* pour rendre hommage à feu Aretta Franklin, a fait scandale en s’appropriant pour sa propre image et notoriété des éléments d’une culture dite minoritaire, dominée un temps par les colons. Personnellement, j’y ai surtout vu de l’autopromotion, de l’égocentrisme et l’envie de se magnifier et de rester belle à soixante ans.

On évoque également le chef britannique Jamie Oliver, critiqué pour avoir intégré dans sa pratique gastronomique la réalisation et la promotion de plats jamaïcains ! Bien entendu, Jamie Oliver en retire des avantages financiers. Mais alors, chacun doit-il rester dans son domaine culturel et ne plus emprunter chez les autres, au risque d’être taxé d’appropriation culturelle ? Ma belle-mère espagnole fait une pizza (une « picha » comme elle dit) avec de la pâte feuilletée et des tomates. Est-ce une revisite (impensable pour moi) de la pizza italienne ou bien de l’appropriation culturelle ? Je plaisante bien sûr. Ma belle-mère n’en fait pas commerce et les Italiens et les Espagnols n’ont pas été les dominants/dominés les uns des autres. Ouf, elle échappe à une certaine récrimination (mais pas à mon indignation : de la pâte

feuilletée !)  

Dans l’agglomération grenobloise, un restaurateur français d’origine maghrébine fait tourner un restaurant chinois avec du personnel chinois et donc en retire des bénéfices. Est-ce de l’appropriation culturelle ? Sans doute non, car il n’y a pas eu de liens de domination entre ces deux cultures, enfin je suppose

L’appropriation culturelle contient la notion de domination, de colonisation passée et de ses scories ou vestiges contemporains. C’est faire jouer à des acteurs blancs des rôles de personnages issus de minorités ethniques, par exemple. C’est déposséder une culture, un peuple, de ses éléments fondateurs et les relire ou les pratiquer avec une grille de lecture occidentalisée, pour en retirer des avantages.

Je me souviens, qu’adolescente j’étais outrée par la façon dont Hollywood représentait les Français, parfois nobles, souvent pleutres et traîtres. Je voulais même écrire aux maisons de production pour leur faire part de ma colère. Je ne l’ai jamais fait. Est-ce cela l’appropriation culturelle ? Reprendre des traits de caractère supposés donc des stéréotypes (le béret, la baguette de pain, l’accordéon, l’aristocratie...), des décors, des archétypes pour altérer et déconsidérer un peuple, une nation ou un continent tout en en retirant des sommes sonnantes et trébuchantes ?

Qu’en pensez –vous ?

Marie-Laure Tena – 31 août 2018

* A noter que les Kabyles et Berbères ont été colonisés par toutes sortes de peuples depuis des millénaire, dont les Romains, les Vandales, les Arabes, les Français, etc. Pour en savoir plus, voir le site : https://kabyle.com/chronologie-historique-kabylie-5797

Tag(s) : #AppropriationCulturelle, #actualités, #culture générale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :