Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonjour,

L’été arrive, occasion de partager avec vous des poésies françaises et un haïku japonais sur cette saison chaude. 

 

Chaleur

Tout luit, tout bleuit, tout bruit,
Le jour est brûlant comme un fruit
Que le soleil fendille et cuit.

Chaque petite feuille est chaude
Et miroite dans l’air où rôde
Comme un parfum de reine-claude.

Du soleil comme de l’eau pleut
Sur tout le pays jaune et bleu
Qui grésille et oscille un peu.

Un infini plaisir de vivre
S’élance de la forêt ivre,
Des blés roses comme du cuivre.

Anna de NoaillesL’ombre des jours

 

Bourrasque d’été
Les nappes de papier blanc
Sur la table s’envolent.

Masaoka Shiki

 

 

Été

Être pour quelques jours
le contemporain des roses ;
respirer ce qui flotte autour
de leurs âmes écloses.

Faire de chacune qui se meurt
une confidente,
et survivre à cette sœur
en d'autres roses absente.

Rainer Maria Rilke

 

 

L’Été

Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.
Il brûle tout, hommes et choses,
Dans sa placide cruauté.

Il met le désir effronté
Sur les jeunes lèvres décloses ;
Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.

Roi superbe, il plane irrité
Dans des splendeurs d’apothéoses
Sur les horizons grandioses ;
Fauve dans la blanche clarté,
Il brille, le sauvage Été.

Théodore de Banville

 

 

Trois cerises rouges

Trois cerises rouges
Tout en haut d'un cerisier
Se balancent
Se balancent...
Je ne peux pas les attraper...

Trois groseilles rouges
Pendues à leur groseillier
Se balancent
Se balancent...
Le pinson les a gobées...

Trois petites fraises rouges
Bien cachées sous les fraisiers....
Pas de chance
Pas de chance !
L'escargot les a sucées !

Trois framboises rouges
Dressées sur leur framboisier
Je m'avance
Je m'élance...
C'est moi qui les ai mangées !

E. Ayanidès

 

Le jardin et la maison

Voici l’heure où le pré, les arbres et les fleurs
Dans l’air dolent et doux soupirent leurs odeurs.

Les baies du lierre obscur où l’ombre se recueille
Sentant venir le soir se couchent sur leurs feuilles,

Le jet d’eau du jardin, qui monte et redescend,
Fait dans le bassin clair son bruit rafraîchissant;

La paisible maison respire au jour qui baisse
Les petits orangers fleurissent dans leurs caisses.

Le feuillage qui boit les vapeurs de l’étang
Lassé des feux du jour s’apaise et se détend.

Peu à peu la maison entr’ouvre ses fenêtres
Où tout le soir vivant et parfumé pénètre,

Et comme elle, penché sur l’horizon, mon cœur
S’emplit d’ombre, de paix, de rêve et de fraîcheur…

Anna de Noailles - L'ombre des jours

 

Marie-Laure Tena - 20 juin 2018

Tag(s) : #été, #Textes poétiques, #AnnaDeNoailles, #MasaokaShiki, #RainerMariaRilke, #ThéodoreDeBanville, #ElisabethAyanidès
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :