Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En ce lundi de Pâques, le choix du mot « morbide » peut paraître ... morbide voire glauque. Mais nous allons voir que les deux sens de ce mot sont quasi diamétralement opposés. Nous terminerons ainsi sur une note positive.

Le premier sens de « morbide » fait référence à quelque chose de malsain,  d'angoissant, de macabre ou d'horrible.  «Morbide » est un mot du domaine médical et de la santé. En médecine, « morbide » indique la maladie, l’exagération d’une pathologie, un dérèglement, un déséquilibre. On évoque souvent « l’obésité morbide », anormale, excessive. Il existe également des manies ou des comportements morbides, maladifs, des obsessions pernicieuses. L’origine de « morbide » vient du latin « morbus » signifiant « maladie ».

Et puis, heureusement mais peu fréquent, il y a ce qui est morbide,

harmonieux, doux et beau ! On quitte le médical morbide pour rejoindre le domaine des Beaux-Arts où ce qui est morbide est délicat et raffiné.  Ici, le mot « morbide » est issu de « morbidus », certes, repris par l’italien en « morbido », en référence au rendu indolent, bien proportionné et harmonieux des corps des enfants et des femmes en peinture et en sculpture. Ce qui est morbide est équilibré, délicat et suave. Et cela explique pourquoi sur Twitter un de mes abonnés italiens partage certains chants lyriques en les présentant comme « morbido », ce que je ne comprenais pas jusqu’ici.

Je n’avais jamais vu un mot ayant deux sens aussi différents. Est-ce que le morbide peut être morbide ? Je me pose la question.

Marie-Laure Tena – 2 avril 2018

Tag(s) : #culture générale, #morbide
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :