Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le titre de l’article peut paraître ésotérique pour certains lecteurs, d’autres considéreront qu’ils maîtrisent le sujet. Et pourtant ! Je n’ai pas trouvé une concordance satisfaisante entre les différentes définitions proposées par des sites de communication, de management, de psychologie ou de sciences humaines.

La génération X c’est la génération des quadras ou quinquagénaires ou « bof génération », celle qui connaît un mode de travail et de management souvent pyramidal et qui ne remet pas en question le lien de subordination entre l’employé et l’employeur. C’est aussi la génération qui a connu le plus de contrats à durée indéterminée et la stabilité de l’emploi avant de tomber massivement au chômage.

Les générations suivantes, Y, Z ou Alpha, sont nées, selon les sources, entre la fin des années 70 et les années 2010.

Les « Y » ou la génération Peter Pan ou « yers » (why generations) sont nés entre la fin des années 80, certains évoquant la fin des années 70,  et la fin des années 90 voire le début des années 2000. Ce sont les enfants nés en même temps que le développement d’internet, des smartphones et la banalisation des jeux vidéo.  Ils n’ont pas connu la guerre froide ni les trente (ou vingt) glorieuses. On les appelle « Y » comme « why » c’est-à-dire « pourquoi », question qu’ils n’hésitent pas à poser. Une autre explication de ce « Y » serait la forme en « y » des écouteurs autour du visage qu’ils portent toujours.

La génération Y veut savoir pour quoi elle travaille, n’hésite pas à remettre en question la hiérarchie et les missions proposées. Les « Y » veulent tout, tout de suite et savent trouver l’information dont ils ont besoin. Ils sont également de la génération à laquelle peu d’efforts de grammaire et d’orthographe ont été demandés. Ils passent de réseaux sociaux en réseaux sociaux, délaissant actuellement Facebook pour Snapchat, Youtube ou autre. Le management des « Y » nécessite de passer d’un mode autoritaire, à la française, à un mode de travail fondé sur les négociations et les explications voire les confrontations (à noter que dans ma vie professionnelle, j’ai davantage connu un mode de « communication affirmative » et de développement personnel favorisant la prise de responsabilité (l’empowerment) et l’initiative). La génération Y peut être déconcertante à qui veut manager à l’ancienne mais la mise en place de repères fondamentaux reste essentielle pour éviter les débordements ou les grandes gueules qui n'attendent pas d'avoir de l'expérience pour s'exprimer et donner leur avis. De nombreux ouvrages ont paru depuis une décennie sur la façon de gérer ces jeunes gens. Enfin, la plupart d’entre eux rêvent de créer leur propre entreprise.

La génération Z est la suivante, celle née au début des années 2000. Elle est encore plus connectée que la génération Y, usant des IPad, du streaming, des podcast etc, regarde peu la télé. La génération Z est encore plus visuelle et sollicite plus encore et plus vite certains circuits neuronaux, d’après des études (CNRS), que les précédentes générations. Pas question pour celle-ci de vivre et travailler pour payer des impôts. Ici aussi, la préférence est donnée à  un projet de vie, à la création d’une entreprise plutôt qu’à un job sans intérêt. Ils sont encore plus consuméristes ou infidèles aux marques, indépendants, rétifs à l’autorité ou au normatif, que la génération Y. Ils vivent essentiellement avec leur smartphone et les objets connectés et semblent, malgré tout, difficile à cerner.

Les générations Y et Z sont considérées comme narcissiques et individualistes.

La génération Alpha est née à partir des années 2010. Après avoir égrené le X, Y, Z, voici venu le temps des Alphas.  Cette génération est trop jeune pour être caractérisée mais peut-être connaîtra-t-elle les voyages dans l’espace, vers la lune ou vers Mars ou bien par exemple les implants électroniques pour la gestion du dossier médical ou du parcours professionnel, ou encore l'avènement de l'Intelligence Artificielle dans la vie quotidienne.

Selon les sources, les Y font partie ou non des Milléniums, tandis que les Z et Alphas sont nettement identifiés comme Milléniums ou Millenials, c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui n’ont pas connu autre chose que l’internet, les objets connectés, la mobilité et la remise en question des modes de fonctionnement du XXème siècle.

Ces différentes générations sont étudiées en sociologie, en management mais aussi et surtout en marketing afin de mieux les cibler.

J’espère avoir contribué à éclaircir la différence entre ces groupes avec lesquels on pourrait penser que le fossé générationnel et communicationnel s’est creusé.

 

Marie-Laure Tena – 21 avril 2018

Sources : apostrof.fr – loungeup.com – scienceshumaines.com – psychomedia.qc.ca – lexpress.fr

Schéma génération Y : CocktailRH.com

Schéma génération Z : UpmyBiz

Tag(s) : #culture générale, #génération Y, #génération X, #génération Z, #génération Alpha, #Milléniums, #Millenials

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :