Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le quartier Ozanam de Carcassonne est depuis peu sous les projecteurs médiatiques et policiers. C’est là qu’a vécu le terroriste islamique qui a tué quatre personnes à Trèbes dont le Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, le 23 mars dernier.

Triste ironie quand on sait qu’Ozanam est le nom d’un homme de bien du XIXème siècle, canonisé par le Pape Jean-Paul II en 1997. Quel contraste entre les actes posés par Frédéric Ozanam et la violence issue de ce quartier désespéré et autarcique !

Frédéric Ozanam, né en 1813, élevé dans les valeurs chrétiennes de son époque, a pour vision d’ « enserrer le monde dans un réseau de charité ». Étudiant à Paris, il passe son doctorat en droit et devient avocat puis enseignant en littérature à la Sorbonne. Il fréquente les Lamartine, Montalembert et d’autres intellectuels catholiques. Fort de sa foi, il décide de rendre visite aux pauvres, aux démunis veillant à leurs besoins concrets et à leur vie spirituelle. C’est à ce moment, qu’avec d’autres camarades et sous l’auspice de Saint Vincent de Paul, qu’il créé la Société de Saint Vincent de Paul aux services des pauvres. Ozanam développe également une série de conférences qui prendra de l’ampleur en France et dans le monde entier. Contrairement à la majorité des catholiques alors royalistes et conservateurs, passionné par la foi catholique et par la question sociale dans son ensemble, Frédéric Ozanam soutient la république, la démocratie et le respect du travail de l’homme. Il sera le précurseur de la doctrine sociale de l’Église catholique et ses travaux inspireront les encycliques sociales des Papes Léon XIII et Pie XI. En 1853, Ozanam meurt des suites d’une tuberculose. En 1925 est lancée la procédure de canonisation qui aboutira en 1997.

Aujourd’hui, la Société de Saint Vincent de Paul, financée essentiellement par des dons, compte près 780 000 dans le monde. Elle agit auprès des démunis, toutes origines confondues, dans leur vie quotidienne (agriculture, handicap, logement, insertion professionnelle, etc.) comme après des catastrophes naturelles pour aider à la reconstruction.

Frédéric Ozanam était un homme remarquable, soucieux de la dignité de l’homme.

Oui, quel contraste avec le drame de Trèbes et la violence latente du quartier Ozanam de Carcassonne !

Marie-Laure Tena – 26 mars 2018

 

Sources : Confédération Internationale de la Société de Saint Vincent de Paul – Centre scolaire Ozanam – LaCroix.fr

Tag(s) : #actualités, #OZANAM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :