Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cheminot fait l’actualité depuis quelques semaines et pourrait provoquer des grèves dans les jours à venir. Le cheminot que nous connaissons tous est un employé de la SNCF, la Société Nationale des Chemins de Fer français, dont l’avenir s’oriente vers la privatisation.

Le cheminot est polyvalent et dépend de différentes filières internes. Il conduit des trains, s’assure du bon état des machines, veille à l’exactitude des horaires et du bien-être des passagers, etc. Le cheminot peut travailler de jour comme de nuit ainsi que pendant les vacances et les jours fériés. Le profil type d’un cheminot est d’être de nationalité française avec un casier vierge, fiable, vigilant, d’être organisé et de détenir au minimum un Bac pro ou un CAP en électronique, électricité ou en équipements industriels. Comme dans l’industrie, il y a quatre grandes catégories de cheminots : les exécutants (dont le travail peut être éreintant), la maîtrise, les cadres et les cadres supérieurs.

A l’origine, le cheminot ou chemineau était un vagabond, un itinérant que l’on pouvait recruter à la tâche ou à la journée. A ce propos, le mot dérive de « sentier » ou « chemin ». A la fin des années 1930, le mot « cheminot » désigne clairement les employés du fer, tandis que « chemineau » reste empreint de la notion de vagabondage. Le cheminot devient journalier avec une ébauche de statut

dans la deuxième partie du XIXème siècle. On s’assure alors de la garantie de l’emploi, puis de sa famille en cas de décès et enfin de sa retraite. En 1912, un premier statut officiel est créé, revu en 1920, reprenant les acquis et en ajoutant certains comme la représentation syndicale élective, appliqué à toutes les compagnies ferroviaires privées et publiques. Le statut évolue, disparaît et réapparait dans les années 1950. Déjà le problème de la productivité se pose avec, en perspective, des licenciements ou des modifications du statut. L’appel aux CDD, agents contractuels ou autres contrats flexibles permet de limiter le nombre de cheminots dépendant d’un statut réglementé et touffu*. Aujourd’hui, le gouvernement souhaite faire évoluer le statut des cheminots, au nombre de 130 000 en 2018.

Mais quittons les chemins de fer pour la dégustation d’un cheminot ou chemineau, gâteau ou petit pain consistant de l’ouest de la France que l’on mange ou mangeait avec du beurre salé, et dont le nom provient du mot latin « siminelllus » ou semoule. Je ne sais pas si cela se mange encore. Et vous ?

Marie-Laure Tena – 20 mars 2018

Sources : carrière-industrie.com ; lettreducheminot.fr -  LeMonde.fr du 27 février 2018 - Marianne pour la photo des cheminots en tenue orange

*Selon BFMBusiness.BFMtv.com (19 février 2018), le syndicat Sud Rail a fait éditer un récapitulatif de 12 pages des différentes primes, indemnités, allocations et gratifications.

Tag(s) : #culture générale, #cheminot, #chemineau

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :