Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tu m’as chagrinée, tu m’as attristée, inquiétée. Le verbe « chagriner » vient de « chagrin », comme vous vous en doutez. Cette année, j’ai eu du chagrin de ne pas publier davantage d’articles sur ce blog. Mais j’écrivais un roman*, envoyé depuis à des maisons d’éditions, dans l’attente d’un éventuel retour positif. On peut bien rêver, n’est-ce pas ? Le silence des éditeurs me chagrinera peut-être … Je croise les doigts et les yeux dans un strabisme divergent plein d’espérance.

Dans un autre domaine, « chagriner » vient de chagrin… Elle se répète la pauvre, allez-vous penser. Mais non.

En maroquinerie, le chagrin est une peau prélevée sur l’arrière-train d’un équidé, mulet, mule, âne ou cheval, puis par extension sur l’ensemble de l’animal. C’est une peau de qualité utilisée pour les produits de luxe et la reliure. Chagriner cette peau signifie la mouiller, la faire sécher afin qu’elle rétrécisse et se recouvre de petits grains ou grumeaux. Elle devient grenue et grumeleuse.

Enfin, je ne peux pas terminer cet article sans évoquer « La peau de chagrin » de Balzac où le héros achète une mystérieuse peau en cuir, une peau de chagrin qui exauce ses vœux. En contrepartie, à chaque désir réalisé, la peau de chagrin s’amenuise jusqu’à se volatiliser, à l’instar de la vie de son propriétaire. Voilà d’où vient l’expression « finir en peau de chagrin », autrement dit diminuer jusqu’à disparaître ou mourir, sans plus rien dans les mains.

Marie-Laure Tena – 4 septembre 2016

* Ou peut-être pas …

 

 

 

Tag(s) : #chagrin, #chagriner, #peau de chagrin
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :