Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Battre la breloque » ou encore « cette breloque ne vaut rien ». Voici quelques usages du mot « breloque ».

http://www.bertrand-malvaux.fr/images/p/MV80MTNfM18xMTg4MTY2MzYyX2Y=/costumes-militaires-de-l-armee-francaise-1902-1907-d-apres-les-aquarelles-d-alphonse-lalauze_3.jpgDans le langage courant, « battre la breloque » signifie dire n’importe quoi, divaguer, … être dingue ou sénile en somme. Pourtant, l’expression vient du domaine militaire. Battre la breloque, c’était exécuter une certaine batterie de tambour pour appeler les soldats à défaire les rangs ou à venir chercher leur nourriture.  On utilisait également un clairon pour battre la breloque. L’origine du mot pourrait venir du piémontais (nord de l’Italie) (« berloka » bruit indiquant la fin du travail) ou du provençal (« berloque » clochette).

Dans un autre sens, la breloque est une chose sans valeur, une pacotille. A l’origine, le mot « breloque » faisait référence à un petit bijou, un colifichet que l’on retenait par un ruban ou une chaîne. Ici, le mot « breloque » serait issu d’un mélange de plusieurs significations : loque, emberlificoter, etc. L’idée principale est celle d’un objet de peu de valeur, rattaché à un lambeau, à un bout d’étoffe.

Ma breloque m’indique l’heure d’arrêter ici mon billet. A bientôt.

Marie-Laure Tena – 27 janvier 2014

source : www.bertrand-malvaux.fr pour l'illustration du tambour (années 1900)

Tag(s) : #breloque, #battre la breloque, #culture générale, #MLTE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :